Des dizaines de jeunes femmes roms poussées par la misère à venir se prostituer en France ont été exploitées (et parfois séquestrées et battues) par un groupe de proxénètes présumés interpellés récemment par la section de recherches de Grenoble.

Les gendarmes, épaulés par leurs collègues du groupement de l’Isère, suspectent quatre hommes et une femme, tous de nationalité roumaine, d’avoir, depuis 2007, prélevé la plus grande partie des gains réalisés par les jeunes femmes qui faisaient le trottoir en Isère (dans la région grenobloise et dans le nord-Isère), ainsi qu’en Savoie, dans le secteur de Montmélian.

A la mi-septembre dernier, un suspect de 34 ans, Iosif Sau, dit “Bula”, avait été arrêté dans un squat situé rue Pascal à Grenoble, en compagnie de sa compagne Mihela Danci, 21 ans.

Les gendarmes avaient trouvé les plans d’une maison de 500 m 2 que la famille s’apprêtait à faire construire en Roumanie.

Considéré par les enquêteurs comme le patron de l’équipe, “Bula” effectuait fréquemment des allers-retours dans sa région natale de Timisoara, en Roumanie, pour faire venir des jeunes femmes. Aidé par sa compagne, qui, tout en se prostituant également, initiait les jeunes recrues et récupérait leurs gains, “Bula” est suspecté par les enquêteurs d’avoir tenu son réseau d’une main de fer. Il s’était d’ailleurs adjoint les services de deux hommes de main qui surveillaient et, au besoin, brutalisaient les jeunes femmes tout en les “protégeant” d’éventuelles agressions extérieures.

Le frère de “Bula”, Simion Sau, dit “Aga”, 35 ans, a été arrêté à Saint-Etienne : l’homme, qui “s’échangeait” les prostituées avec son frère et les faisait travailler dans la Loire, envisageait de fuir en Hongrie après avoir appris l’arrestation de “Bula”. Mais un jeune homme – qu’il contraignait de voler du cuivre – et deux femmes se sont enfuis de son appartement où ils étaient séquestrés et ont donné l’alerte… Il y a quelques jours, des enquêteurs se sont rendus en Roumanie avec une magistrate grenobloise. Dans le cadre d’une commission rogatoire internationale, ils ont, en collaboration avec la justice roumaine, saisi et placé sous séquestre trois maisons et un terrain appartenant aux suspects (qui disaient vivre de la mendicité).

Dans le squat grenoblois, les gendarmes avaient trouvé les plans d’une maison de 500 m 2 que la famille s’apprêtait à faire construire en Roumanie.

Source : Le Dauphiné Libéré

Laisser un commentaire

Attention !
En publiant un commentaire vous vous engagez à assumer pleinement les conséquences légales de vos propos. Défrancisation.com ne saurait être tenu pour responsable de vos commentaires. Votre adresse IP est détectée et conservée.

Current day month ye@r *

2 réponses pour “Proxénétisme : le calvaire des jeunes prostituées roms”

  1. namug dit :

    Une pièce, une pièce siou plait, ou un ticket resto…
    Moi malade, famille malade, petits enfants malade et papa en prison…
    siou plait des sious des sious (ha non là je confond avec autre chose).
    C’est pareil avec tous les roms, ils sont tous pauvres ici et riches là-bas !
    Un peu comme d’autres ethnies tiens…et l’inverse pour leur chefs d’état.
    En gros, quoi qu’il arrive, les dindons de la farce, ce sont les FDS !
    Vivement 2012 !

  2. leperigourdin dit :

    500 m2, ça paye bien le commerce de bouche…

À la une